Défibrillateurs

Quand il y a arrêt cardiaque, l’utilisation des défibrillateurs permet de sauver des vies.

Des sites stratégiques de la commune disposent de cet équipement : le Centre social, l’église Saint-Maclou, l’Hôtel de Ville, la salle de sport Bucarest, le Centre culturel, la Ferme du Bocquiau, le Centre médico-scolaire, la résidence Beaupré, le Centre Technique Municipal et l’Espace Beaupré (voir le plan ci-dessus).

Dans de nombreux cas d’arrêt cardiaque, le cœur continue de battre, mais le rythme des battements est tellement anormal que les contractions cardiaques sont inefficaces et que le cœur ne peut plus assumer sa fonction de pompe sanguine : c’est la fibrillation.

Cette fibrillation peut être corrigée au moyen d’un DAE, qui analyse le rythme cardiaque de la victime, avant de lui administrer, si nécessaire, un choc électrique.

Les chances de survie augmentent si la réanimation cardio-pulmonaire et la défibrillation sont entreprises dans les premières minutes qui suivent l’arrêt cardiaque.

Rappelons que les défibrillateurs ne sont qu’un maillon dans la chaine de survie : leur utilisation s’inscrit après l’appel des urgences (le 15) puis le massage cardiaque. Si un appareil de ce type est disponible à proximité, il ne faut pas craindre de s’en servir au plus vite, en suivant les instructions vocales.

Défibrillateurs : une chance supplémentaire de survie

Appelez le 15, massez, défibrillez

Plaquette de la Fédération Française de Cardiologie sur l’arrêt cardiaque